Patrice Liron

contact : lironco@sfr.fr

Sculpter : Art brut :25%, art contemporain :25%, poésie du quotidien :20%, souvenirs :10%, bois : 20% .

Sensible aux enjeux du développement durable, PL travaille avec une économie de moyen, pour en donner le maximum, et c'est à partir de douelles de barriques qu'il assemble de drôle d'animaux, tels de gros légo, ces sculptures interrogent par leurs attitudes et leur provenance.

Graver : impression en relief : 25%, taille-douce : 25%, sérendipité : 20 %, optimisme: 20%, installation : 10%

twitter.com/PatriceLIRON:

    impression sur tissu : 80 x 55 cm

    impression sur tissu : 80 x 55 cm

    — il y a 1 mois avec 1 note
    2013: Wolf : 230 x 300 x 65 cm douelles en chênes, Bois de Pleumagat

    2013: Wolf : 230 x 300 x 65 cm douelles en chênes, Bois de Pleumagat

    — il y a 11 mois avec 9 notes
    a drypoint etching, february 2013

    a drypoint etching, february 2013

    — il y a 1 an avec 6 notes
    Woodcut set , 110 X 105 cm

    Woodcut set , 110 X 105 cm

    — il y a 1 an avec 10 notes
    It’s wolf, wood wolf, 149 x 200 x 47 cm, 
The “staves” are curved wooden slats that form the barrels.
Patrice Liron retrieves them to make sculptures and I like the idea that the smell of wine, which was in contact with the wood, still pervades these characters now.

    It’s wolf, wood wolf, 149 x 200 x 47 cm, 

    The “staves” are curved wooden slats that form the barrels.

    Patrice Liron retrieves them to make sculptures and I like the idea that the smell of wine, which was in contact with the wood, still pervades these characters now.

    — il y a 1 an avec 3 notes
    Les bois du Château du Grand Puch, septembre 2012

    Les bois du Château du Grand Puch, septembre 2012

    — il y a 1 an
    Installation de sculptures au Château Latour-martillac du 15 mai au 31 août 2012

    Installation de sculptures au Château Latour-martillac du 15 mai au 31 août 2012

    — il y a 2 ans avec 11 notes
    « Quelles sont ces silhouettes qui se dessinent le long
     des remparts de la Citadelle de Blaye ?
    Quels personnages nous guettent à la poupe
     de ce vaisseau de pierres immuable, verrouillant
     l’estuaire de la Gironde ? De loin en loin,
     ces profils efflanqués captent l’oeil curieux du piéton
    et l’attire, au-delà des murailles, vers un vignoble
     discret d'une vingtaine d'ares. Fins bonhommes,
    assemblage de douelles de barriques, ils nous
     appellent et nous invitent à découvrir
     le « Clos de l’Echauguette ». Gardiens du secret
     de cette insolite parcelle de vignes,
     ils ne l’inventent qu’une fois l’an, au printemps.
     Paillés, rougis, brûlés, ces huit quilles
    de bois longilignes, aux arômes fruités,
    * viennent fêter les vins du blayais. En grappes,
     main dans la main, ces humaines barriques nous
     entraînent dans une infatigable danse, chauffée
    de soleil et rafraîchie par les vents mêlés du fleuve. »
    — il y a 2 ans avec 2 notes